60 MINUTES D'UNE FACADE

UN DIMANCHE

UN MOIS

UN AN

 

 

60 minutes de vie d'une façade, c'est elle qui nous regarde depuis quelques semaines, quelques mois, quelques années, quelques siècles ...

 

Combien a t'elle vu de personnes, combien a t'elle vu d'amoureux, combien a t'elle vu de personnes vivre, combien a t'elle vu

d'enfants grandir, vivre, mourir ? Combien a t'elle vu d'amants, de coups de foudre, de ruptures ? Combien a t'elle vu de voleurs, se cacher, de soldats se défendre auprès d'elle..

 

Nous passons auprès d'elle, sa bienveillance nous protège du vent, de la pluie, du soleil. Elle continue discretement à nous regarder, elle est un rempart ... 

 

Au XXI siècle, les façades deviennent fades, mais des yeux s'y dissimulent pour nous surveiller, elles nous reconnaissent par nos visages, elles pourront bientôt lire sur nos lèvres. Destin tragique de nos chères façades, nous pourrons bientôt les nommer MATA HARI

 

L'appareil photographique est là pour fixer notre mémoire, il nous aide alors à nous rendre compte de la vitesse, de la lenteur et certains personnages qui prennent le temps d'observer cette façade, vont devenir façade à leur tour, ce regard du mois de Juin 2014 jusqu'au mois de Mai 2015 nous donne aussi un regard sur le temps, cette ensemble d'instants n'a existé que pendant 9,6 secondes en tout.

 

 

 

Je remercie pour le mois de Juin 14 Virginie Dujardin qui est venue agiter le mouchoire de Marguerite Lumière

 Femme d'Auguste Lumière. Mais aussi Phil Bernard ( avril 15 ) pour sa venu dans l'imperméable de son grand père.